jeudi 16 février 2012

CP > Formation des maîtres : l'UMP persiste et signe > VINCENT PEILLON, BRUNO JULLIARD, JEAN-YVES LE DÉAUT et ALAIN CLAEYS

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

 

Le 16 février 2012

Vincent PEILLON, Responsable du Pôle Education, Enseignement supérieur, Enseignement et Formation professionnels, Recherche et Jeunesse

Bruno JULLIARD, Chargé de l'Education nationale

Jean-Yves LE DÉAUTChargé de la Recherche

Alain CLAEYSChargé de l'Enseignement supérieur

 

 

Formation des Maîtres : l'UMP persiste et signe

 

 

Alors que la Cour des Comptes dresse un bilan accablant de la réforme de la formation des enseignants, pointant notamment de graves dysfonctionnements sur la formation et l'attractivité du métier d'enseignant, sur la sélectivité des concours, la majorité a voté à l'Assemblée nationale, le mercredi 15 février, un texte dont l'objectif est de détruire ce qui reste des IUFM et d'ouvrir la voie à la privatisation de la formation des enseignants.

 

La proposition de loi relative à la modification de certaines dispositions encadrant la formation des maîtres stipule dans son article premier que « la formation des maîtres serait assurée, notamment, par les universités », ce qui indique que cette formation ne serait plus de la responsabilité des seules universités. Une nouvelle fois, il y a contradiction entre les annonces du président de la République et son action politique : on se souvient qu'il avait déclaré, lors de ses voeux de janvier 2011 : « Je veux des enseignants mieux payés, mieux formés » et c'est l'inverse qui se produit. Or, aujourd'hui, selon la Cour des Comptes, 70% des nouveaux enseignants sont propulsés à plein temps devant une classe alors qu'ils n'ont jamais vu d'élèves auparavant.

 

Pour les socialistes, la formation des enseignants doit rester à l'université. François Hollande a été très clair sur ce point dans son discours sur l'École et la Nation du 11 février dernier à Orléans : « Les universités auront la responsabilité de cette formation (des enseignants). Les actuels IUFM se transformeront en Écoles supérieures du professorat et de l'éducation. Je souhaite que tous les professeurs, quels que soient leurs niveaux de recrutement, qu'ils se destinent à enseigner en maternelle où qu'ils se destinent à être à l'université, partagent un moment de formation commun dans ces Écoles supérieures. C'est cela, la République ! (…) L'année de stages sera donc rétablie ».

 

Le gouvernement actuel se montre d'une cruelle ignorance du métier d'enseignant, de ses exigences et de sa réalité au quotidien. Nous nous opposons donc fermement à la réforme votée par la majorité présidentielle, car enseigner est un métier qui s'apprend.




Service de presse - Equipe de campagne de François Hollande


Aucun commentaire:

Publier un commentaire